sept 032012
 

Communiqué du Mouvement des Objecteurs de Croissance

 

Devant les déclarations pro-nucléaires d’Arnaud Montebourg  reprises par le Ministre de l’intérieur, Manuel Valls, et celle de l’écologie, Delphine Batho, seuls ceux qui croient encore qu’il sera possible de « sortir  progressivement »  du nucléaire seront étonnés, voire choqués.

Pourtant, ils devraient savoir qu’il n’y a rien à attendre des hommes politiques – en général – et des hommes politiques français – en particulier – qui ont abdiqué depuis longtemps devant les « experts », la plupart du temps énarques ou  polytechniciens, pro-nucléaires, et qui leur assurent que le nucléaire est sans danger et bon marché…

Pourtant, depuis Hiroshima, Tchernobyl et Fukushima… n’importe qui est en mesure de savoir que le nucléaire « contient la catastrophe comme la nuée porte l’orage ».

Pourtant, le nucléaire est en déclin dans le monde : sa part dans le mix énergétique mondial est passée de 18 %  à moins de 13 % en quelques années et il n’y a pas suffisamment de réacteurs en construction pour remplacer le parc vieillissant.

Pourtant, les solutions pour arrêter le nucléaire existent : augmentation du coefficient d’utilisation des centrales thermiques fossiles, sobriété, transition énergétique, renouvelable ; à l’instar de ce qu’ont fait les Japonais ou s’apprêtent  à  faire les Allemands.

En France, il n’est question que de « bonne gestion » économique ou de « croissance », alors que le remplacement du parc nucléaire français nécessiterait sans doute 4 à 5 fois plus d’argent que son remplacement par des centrales thermiques fossiles classiques, du renouvelable et de la sobriété. Depuis le rapport de la Cour des Comptes de janvier 2012, nous savons officiellement que le nucléaire « est cher », pourquoi ne jamais en tenir compte ?  Mais la légèreté de ce gouvernement se révèle encore plus lorsqu’on voit sa dernière mesure en matière énergétique : une réduction à la pompe de moins 0,06€ du litre d’essence dont la moitié serait prise en charge par l’Etat (manque à gagner de 300 M€) et l’autre par les distributeurs. Pour le consommateur, cela représente une économie moyenne de 72€/an.  Si l’on considère le temps de travail payé au smic nécessaire pour acheter 1 litre d’essence nous sommes passés de 45 min en 1955 à 14 min en 2012…

Pourtant, ils devraient savoir, eux qui s’appuient sur une élite pour gouverner, que le pétrole, non seulement va rester durablement « cher », mais va devenir de moins en moins disponible, surtout pour les pays comme le nôtre qui en ont peu en réserve dans le sous-sol.

De plus, on est forcé de penser qu’un pétrole dont on baisse artificiellement le prix ne permet pas l’adaptation de la société, car si nos voitures consomment moins que celles des américains, c’est parce que notre essence est plus taxée ;  si l’étalement des villes est si important aux États-Unis, c’est parce que l’urbanisation y est basée sur une essence quasiment gratuite.

Que ce soit sur le nucléaire ou sur le pétrole, n’importe quelle personne sensée comprend que les hommes politiques français, ont une réelle volonté de tromper la population, en faisant croire que tout cela est passager, qu’il suffit de  se serrer la ceinture et que tout va bien se passer… quand la croissance va repartir, alors qu’elle ne cesse de diminuer depuis les années 70 et que le chômage structurel ne cesse d’augmenter…

Il faudrait donc arrêter de calculer en flux financiers, et commencer à mesurer en usage et en ressources disponibles.

Plus que jamais il est temps d’arrêter les nucléaires civil et militaire qui non seulement sont dangereux mais de plus en plus chers, au-delà même des capacités de gaspillage de l’État français…

Plus que jamais il est nécessaire de nous réorganiser afin de passer à une société post-pétrolière ; chaque seconde de retard pour prendre les bonnes décisions ne fera qu’aggraver la situation lorsque les ressources viendront définitivement à manquer….

La « gauche » productiviste est au gouvernement et applique les vieilles recettes de la mythique croissance auxquelles tout écologiste devrait s’opposer. Il serait temps qu’une opposition écologiste et anti-productiviste s’organise pour y résister.

http://www.les-oc.info/

contact@ml.les-oc.info

  8 Responses to “Pour l’arrêt des nucléaires et la transition énergétique, vers une société post-pétrolière”

  1. Bonjour,
    très bien résumé.
    Mais cette situation est annoncée depuis au moins 40 ans sans aucun effet.
    On (les anticapitalistes-écolos- …) a perdu toutes les batailles, alors que d’évidence nous avions et avons raison.
    Nous sommes donc des mauvais, incapables de lutter efficacement.
    Alors que faire de vraiment efficace ?
    Pour moi, malgré un faible espoir, je pense que seul un effondrement du ‘Système’ pourrait permettre des changements (avec tous les inconvénients de la catastrophe), seules les contraintes physiques, massives sans espoirs ont le pouvoir de lutter contre ce système (en fait de prendre conscience qu’il est déjà fini), contre l’apathie savamment organisée et la servitude volontaire.

    Un fait incontournable :
    nous (les personnes de bonne volonté) sommes incapables de nous organiser pour faire ces changements ; la preuve : la multitude de groupes (et c’est un espoir tout de même) de toutes espèces incapables de se fédérer pour contraindre de microscopiques partis de gouvernements à la grande majorité de la volonté de la population de sortir de ce système aristocratique antidémocratique et désastreux.

  2.  » Que pouvons nous faire dans cette situation ? Il faut tout d’abord nous demander ce que fera le cartel. Va-t-il utiliser la nouvelle situation pour couler Kokopelli ? Le jeu en vaut-il la chandelle ? Le déploiement du marketing des firmes du cartel, la marginalisation des organismes officiels de surveillance du marché des semences ne suffira-t-il pas à rendre impossible toute information objective. Sur quel terrain nous faut-il nous battre ?  »
    Il s’agit d’un article de J. P. Berlan : http://www.kokopelli-blog.org/
    écrit dans le cadre de la lutte contre les semenciers industriels que nous pouvons transposer à l’infini…
    Chacun est sur son amertume et le sentiment insupportable de perdre du terrain, oui, « sur quel terrain nous faudra-t-il nous battre ?  »
    Je pense que la lutte contre l’idéologie dominante de l’argent-roi, donc du productivisme, aussi caché ou maquillé soit-il, doit en passer par la compréhension de ce qui fait de nous ( oh, eh, pas de moi, hein !… ) des participants à l’ordre établi parfois même contre notre gré ou à notre insu !
    Je suis impliqué comme producteur dans la lutte contre les pesticides et je ne peux que déplorer que bien peu parmi nous ( cette fois j’élargis le cercle !… ) soient assez convaincus de leur nocivité pour prendre soin de leur santé et passer aux produits naturels.
    L’exemple tarte à la crème des « gens de gauche » qui croient à un avenir du nucléaire en est une autre illustration…
    Ce qui participe à notre défaite ou du moins notre piétinement est cette insupportable certitude à penser que seuls « les autres  » sont des cons.
    Je veux dire que parmi nous il en est encore beaucoup qui se trouvent dans l’incapacité la plus absolue de se remettre en cause personnellement, de revoir leur façon de s’adresser à ceux qu’ils ne parviennent pas à convaincre et comprendre ce qu’ils ne disent pas ou de manière irrecevable, absolutiste qui ne respecte pas le doute de l’interlocuteur, donc ses certitudes.
    Pour boucler, je reviens au monde paysan et parle de ceux, nombreux aussi qui sont ( pourquoi pas ) décroissants, vivent dans de petits villages, cultivent leurs légumes, bref, avancent quoi, et qui disent « les agriculteurs sont de sacrés cons… »
    Ce serait facile, hein ?
    J’ai rencontré cette même attitude chez les cocos en voie d’extinction pour qui le monde était bipolaire ( d’ailleurs sont ils vraiment en voie de disparition ???
    N’y a-t-il pas chez les Oc, les MOC ou les POC d’anciens cocos mal repentis ?

  3. deux petites remarques sur cet article:
    1. N’est-il pas contradictoire de solutionner la sortie du nucléaire par le développement des centrales à énergie fossile, et dans le même temps constater que ces énergies fossiles sont vouées à disparaître?
    2. L’argument qui consiste à en appeler à « n’importe quelle personne sensée » n’en est pas un, mais plutôt une formule rhétorique qui définit la vérité, et donc de fait interdit le débat. Dommage.

  4. Je viens de voir que seulement 2 contributions sur ce site depuis 2009 évoquent les initiatives des Villes en Transition, dont le principe de base est la résilience des communautés urbaines (qui passe entre autres par la transition énergétique et la relocalisation), et ce de la manière la plus INCLUSIVE possible (inclusion des 3 secteurs, privé, public, associatif).
    Les initiatives de Villes en Transition ne concernent pas l’habitat, elles concernent toutes les dimensions du vivre ensemble, dans un redesign complet de notre conception de l’urbanisme, inspiré de la permaculture.
    Ce n’est pas une alternative concrète qui s’ajouterait aux AMAP, SEL, etc., c’est un mouvement « du bas vers le haut » (bottom up comme disent les anglais) qui cherche à coordonner et catalyser toutes les alternatives, plutôt que d’en imposer une par le politique, venu d’en haut et imposé par la base.

    Pensez-y ! ;-)

  5. En effet, alors que le nucléaire comptait pour environ 16% de la production d’électricité dans le monde jusqu’en 2004, il ne représente plus que 12,3% en 2011. Ce ne sera pas mieux en 2012.

    http://energeia.voila.net/electri/electri_nucle_declin.htm

    Pendant ces 5 dernières années, la capacité nucléaire ajoutée a été inférieure à celle supprimée. Et les réacteurs japonais, officiellement en activité, sont tous à l’arrêt à l’exception de deux.

    On s’aperçoit aussi qu’au cours des récentes années, la production d’électricité ajoutée par l’éolien et le solaire dépasse fortement celle ajoutée par le nucléaire (sans tenir compte de la diminution du nucléaire dans le même temps).

  6. Bonjour à vous,

    En lisant cet article, je vois que les médias arrivent à noyer le poisson jusqu’ici.
    Vous n’y êtes pour rien là-dedans, il y a un filtrage de l’information très très efficace.

    Je reprend un passage de votre texte : « Pourtant, les solutions pour arrêter le nucléaire existent : augmentation du coefficient d’utilisation des centrales thermiques fossiles, sobriété, transition énergétique, renouvelable ; à l’instar de ce qu’ont fait les Japonais ou s’apprêtent à faire les Allemands. »

    Et notamment la dernière phrase :
    « à l’instar de ce qu’ont fait les Japonais ou s’apprêtent à faire les Allemands. »

    Eh bien au risque de vous surprendre, les Allemands sont déjà à la phase industrielle de la transition énergétique.

    Les informations qui suivent, le Réseau Sortir du Nucléaire a refusé et refuse toujours de les éditer. Ça en dit long sur leur compromission au système qu’ils prétendent combattre. Pauvre France.
    Ca paraît énorme ?

    Certes. Allez sur leur site-fouillis, tapez les mots clés qui suivent, et vous verrez : toujours rien.

    Depuis 2008, les Allemands de Solar Millenium AG (aujourd’hui en faillite, organisée par les pression boursières US, tiens tiens tiens…) ont construit plusieurs centrales solaires à concentration en Espagne (Andalousie, précisément à quelques kilomètres de Cadix).

    Elles sont de grande puissance (250 mégawatts thermique pour une production électrique de 50 MWé/unité, rendement final de 23%).
    Particularité : On produit autant de courant électrique la nuit que le jour, avec une autonomie complète de 7 heures. Attention, c’est du lourd, chaque usine tient sur 2,0 km² (195 hectares précisément), et compte 80 kilomètres de tuyauteries industrielles au total.
    http://www.youtube.com/watch?v=kIPT4ktnXYc

    Le consortium ibérico-qatariote SENER/MASDAR a construit en 2011 une merveille géométrique : GEMASOLAR. D’une puissance nette de 20 MWé, elle a une autonomie de 15 heures, et fonctionne +320 jours par an.
    http://www.youtube.com/watch?v=ZBshMEZDUow

    Ces deux technologies exploitent juste des miroirs en acier inoxydable (à bas nickel) et des aciers résistants aux hautes températures (parce qu’ils font fondre un mélange de salpêtre à 560°C). Il y a de gros problèmes de corrosion, mais c’est pas pire que le vieillissement des cuves de réacteur sous un flux neutronique intense. On développe des armes anti-corrosion actuellement, toute la fine équipe de métallurgistes allemands est sur les rangs.

    Pas besoin de métaux rares et/ou précieux, l’Égypte et le Maroc ont passé commande et installent du solaire à concentration sur leur territoire.

    Quelques ordres de grandeur, factuels :
    En une année, le Soleil nous envoie à coup sûr (et sans facture) 46000 TéraWatts ou 36000 GigaTonnesEquivalentPétrole (Gtep).

    En l’année de disgrâce 2010, on a consommé dans le monde entier 14 TéraWatts d’énergie au total, en très grande partie fossile.

    Côté réserves, l’Agence Internationale de l’Énergie reconnaît les ordres de grandeurs des réserves mondiales exploitables ultimes restantes de cet ordre :
    Charbon : 1200 Gtep.
    Gaz, y compris gaz de schiste : 200 Gtep.
    Pétrole, y compris ultimes et non-conventionnels : 300 Gtep.
    Uranium : 150 Gtep, 9000 Gtep par filtration de l’eau de mer (argument spécieux émanant des nucléocrates qui s’affolent de l’épuisement actuels des mines d’uranium et de l’impasse technologique et géopolitique du plutonium (MOX fuel), de toute façon, exploiter ces 150 Gtep d’Uranium relève déjà du suicide collectif, en accumulant des déchets ingérables pour des millions d’années et une spirale d’armements militaires, étant une technologie militaire maquillée en activité « civile ».

    Les Allemands de DESERTEC ont calculé qu’un carré de 300 kilomètres de côté rempli de centrales solaires à concentration du type d’ANDASOL/FLAGSOL, implanté dans un désert à très fort ensoleillement direct (3000 kWh/m²/an) donnerait la quantité d’énergie TOTALE que le monde a consommé en 2010. Soit 0,8% des terres émergées, et à présent, toujours désertes.

    Et que fait le gouvernement Français ?
    Il mise sur ITER, en attendant DEMO ! :
    Sacrée propagande là-dessus, comme en 40 !! Les 5 autres épisodes ne manquent pas d’air, au passage !
    http://www.dailymotion.com/video/xbu0im_iter-faut-il-avoir-peur-du-nucleair_news

    Et là aussi, on passe aux -ruineux- travaux pratiques : http://www.iter.org/doc/www/content/com/Lists/Stories/Attachments/404/Aerial_0910.jpg

    Alors, que fait AREVA ?
    Eh bien AREVA joue sur deux tableaux. Et anticipe l’impasse nucléaire (vieillissement, démantèlement, enterrement à CIGéo (Bure, Meuse) et passe aussi aux travaux pratiques « alternatifs », comme les Allemands, concurrents d’un temps avec l’ex-nucléariste (mais devenu réaliste !) Siemens.

    Attention les yeux. Encore un coup de couteau dans le dos des écologistes, décidément peu enclins à CO-MMU-NI-QUER sur leur terrains et leurs luttes de prédilection. Je pleure à la mémoire du martyr Vital Michalon, le pauvre.

    INTERDIT D’ANTENNE EN FRANCE >>> http://kogansolarboost.com.au/technology/
    Cette centrale sort 44 MWé, et sert à booster la centrale à charbon « propre » de 750 MWé construite par …Siemens.

    La dernière fusion-acquisition d’Areva, Multibrid (Allemagne) : http://www.youtube.com/watch?v=gKTaS1pFt-0

    Alors, que reste t’il à faire ?

    Appeler EDF Bleu Ciel et installer du panneau photovoltaïque, fabriqué en Chine et dumpé via la politique monétaire de la People’s Bank Of China ?

    Je crois pas.
    Écoutez Pascal Cretton de l’association Suisse SEBASOL (SElf – BÂtir – SOLaire) :
    http://www.youtube.com/watch?v=xUUUh2ReOD0

    Donc la solution, c’est de montrer l’exemple par les travaux pratiques, devenir le plus libre possible des vendeurs de mort : Total, Areva & Co. C’est appeler SEBASOL et monter sur son toit.
    Moi, je suis locataire et j’en ai rien à foutre de ma proprio. Je vais installer ça dans le jardin, y compris la cuve de stockage de 3000 litres. Et continuer à attendre le krach immobilier Français, déjà bien amorçé.

    Et oui, car avec SEBASOL on stocke sa chaleur et on devient indépendant à 65%, voire à 100% de ses besoins en chauffage, si on fait une TRÈS bonne isolation. Même l’électroménager reçoit de l’eau chaude solaire. Et les voisins en deviennent jaloux.

    Déjà, l’auto-génération de chaleur et d’électricité c’est une chose, mais que peut t’on faire pour les combustibles liquides ?

    Là aussi, il existe une solution, là aussi interdite d’antenne, mais nettement moins accessible pour un particulier. Et pourtant les enjeux sont colossaux.

    Tout le problème de l’énergie est que aujourd’hui c’est une nécrotechnologie, aux service exclusif du Nouvel Ordre Mondial et des convoitises d’États et d’Empires, la justification des guerres d’hier et de demain.
    Le meilleur exemple reste le nucléaire, fille de la Technoscience, au service d’une oligarchie coupable de crimes de guerres et d’écocides.

    Le pétrole et le gaz naturel/schisteux ne sont pas des technologies qui rendent l’homme libre, mais en font de la chair à canons.

    Il reste une troisième voie, entre toutes ces néotechnologies industrielles qui exigent des investissements lourds, ne pouvant obtenir que l’aval de la Finance mondiale (via l’arnaque de la Dette Publique, qui rend les États eux-mêmes impuissants) et les nécrotechnologies et leurs intérêts précités.

    Cette 3ème voie, c’est l’acide formique.
    Un GÉNIE du nom de Gabor Laurenczy, professeur de chimie organométallique et spécialiste mondial des catalyseurs a réussi un exploit il y a deux ans, dans les laboratoires de l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne (Suisse, encore une fois).

    Il avait réussi à casser la molécule d’acide formique (CH2O2, le plus simple des acides carboxyliques), un liquide dense (1,25 kg/litre), transparent, assez facilement inflammable et d’odeur piquante, en CO2 et dihydrogène, sans générer de monoxyde de carbone mortel au passage.

    Il a cassé l’acide formique en employant du ruthénium, seulement voilà, le monde entier en a produit 10 tonnes par an en 2010. Gabor Laurenczy a donc pris l’élément du dessus de la même colonne (VIII) du tableau de Mendeleiev : le Fer. Et ça marche !

    Particularité de la réaction : on stocke 2 fois plus d’hydrogène dans de l’acide formique pur (qui ne pose pas de problème particulier de stockage, un récipient en inox 18-10 suffit) que ce même dihydrogène comprimé dans une bouteille en acier forgé, lourde comme la Justice, parce que la pression de stockage est de 350 bars.

    Ainsi, on obtient 52 grammes d’H2 par kg d’acide formique pur, qui gèle à 8°C, contre 26 grammes d’H2 pur comprimé à 350 bars dans 1 kg de bouteille métallique.

    Il faut savoir que l’hydrogène se sauve spontanément des récipients, l’atome d’hydrogène est si petit que la liaison électronique (faible) entre les deux atomes se brise, l’hydrogène atomique diffuse au travers des mailles métalliques cristallines et s’échappe par les très nombreuses portes des artistes.

    Voilà pourquoi l’hydrogène est si délicat à stocker et à employer, une voiture à hydrogène comprimé ou cryogénisé peut exploser comme le Hindenburg.

    Mais les voitures électriques vantées comme étant la panacée, si des connards y mettent le feu, eh bien ces voitures libèrent un nuage de lithium. Problème, le lithium est un élément NEUROTOXIQUE, qu’on utilise en psychiatrie pour traiter les TMD (troubles maniaco-dépressifs). Ça aussi, on a oublié de vous le dire dans les merdias… et si tout le monde passe en voiture électrique, il faut tripler le parc de réacteur nucléaire. Youpi. Elle est contente la ptite -fortunée !- dame Courrège. Mais c’est sûr que les déchets nucléaires, who cares ??
    http://www.dailymotion.com/video/x7dnby_courreges-zooop_auto

    L’acide formique brûle tranquillement, puisque l’acide se décompose aussi en CO2. Et le CO2 pour éteindre ou limiter un incendie, c’est radical ! On peut pas en dire autant des batteries…

    Mais la découverte MAJEURE de Gabor Laurenczy réside dans le fait qu’il a réussi à obtenir la réaction inverse : avec de l’hydrogène et du CO2, il reforme de l’acide formique, toujours par voie catalytique, toujours avec du fer.

    Ce qui veut dire qu’une énergie renouvelable -même intermittente- peut se voir stockée AU NIVEAU LOCAL, sous forme stable et universelle. Et qu’elle peut être employée comme hydrogénant universel pour mouvoir des machines thermiques : voitures à moteur Essence 4 temps modifiés comme pour le GPL, avions, trains, engins lourds, mais aussi servir de moyen de chauffage : on peut condenser la vapeur d’eau, en plus de générer de l’électricité au passage, pas nécessairement avec une pile à combustible, une turbine à gaz suffit..

    Cette technique implique en plus d’avoir du CO2 sous la main, pour générer de l’acide formique avec l’hydrogène de l’eau, ce qui veut dire que l’usage de cet hydrogénant implique d’avoir un jeu à sommes nulles en termes d’émission de CO2. Et hop, d’une pierre 4 coups. Elle est pas belle, la vie ?

    CO2 très facile à purifier et à concentrer, Air Liquide en réalise tout les jours de manière décentralisée, votre cafetier vous sert mêmes des bières avec. Santé ! ^^

    Cette technique implique aussi que les ressources en matières premières ne sont pas confiscatoires, même un pays très pauvre peut y accéder (genre Burundi), il n’est besoin que de fer, de manganèse, d’aluminium, de chrome, du cuivre et d’un peu de nickel, des matériaux suffisamment abondants pour amorcer un déclin démographique mondial « doux », par une élévation des niveaux de vie et un combat de l’obscurantisme, fils de la misère actuellement sciemment organisé par le FMI et la Banque Mondiale.

    Enfin, ces techniques peuvent permettre une réduction drastique des conflits, mais une augmentation catastrophique des niveaux de pollution émis, avant un « effondrement civilisationnel ».

    SEBASOL l’a très bien compris et parle du rapport Meadows avec effroi, à lire ABSOLUMENT !
    http://www.sebasol.ch/archives/2011/Conf%C3%A9rence%20Charmey%20JdS2011%2014.05.11.pdf

    Maintenant, comment arriver à une Histoire mondiale à venir qui ne soit pas le scénario « Comprehensive Technologies » (que je considère comme un pseudo-triomphe du capitalisme, forcément débridé, avant sa chute encore plus terrible que l’imminente et patente actuelle, mais celle du « Stabilized World » ?

    Là encore, les réflexions d’Étienne Chouard me semblent indispensables.
    Je ne peux que conseiller d’écouter les discours d’Étienne Chouard sur la véritable démocratie et sa dénonciation du véritable rôle et du pouvoir des banques, avec la création monétaire assise sur une dette perpétuelle, exponentielle et irremboursable.

    D’ailleurs, la Croissance, c’est justement cette délicieuse fuite en avant pour rembourser en conditionnalités réelles des intérêts calculés selon l’exponentielle.

    Le seul organisme vivant qui se développe à l’exponentielle, c’est le cancer, à l’uranium appauvri ou non.

    Pour celles et ceux qui ne l’aurait pas déjà vu : L’esclavage moderne, de Zeitgeist.
    http://vimeo.com/35575742

    Enfin, pour finir, cette phrase magnifique de Schopenhauer :
    « Toute vérité passe par trois stades :
    En premier lieu on la ridiculise;
    en deuxième lieu on s’y oppose violemment;
    enfin on l’accepte comme si elle allait de soi. »

    Je crois que vous autres Objecteurs de Croissance aviez eu raison trop tôt.

    Aussi, ne vous découragez pas, le Japon annonce l’abandon du nucléaire d’ici à 2030 -ou plus tôt encore, vu l’incertitude qui pèse sur la piscine du BR-4 de Fukushima-Daiichi et les 3 coriums en perdition, qui ne dorment que d’un œil…-

    En tout cas, montrer l’exemple aux autres par des agissements concrets, accessibles à tous et individuel, m’est avis.

    Pour moi la Décroissance n’est pas viable, quand je vois cela :
    http://www.youtube.com/watch?v=WUpLI7m0n1A.

    Et ça : http://www.youtube.com/watch?v=k8Sp_muTYJ4.

    L’Objection de Croissance me semble bien plus adaptée pour permettre que, enfin, le Soleil brille pour tout le monde et que la Vie soit plus douce.

    Bien à vous tous.

  7. Bonjour, vos idées correspondent totalement aux miennes et je suis ravie de constater l’existence d’organisations et de mouvements comme le vôtre. Malheureusement je ne trouve pas beaucoup d’actions concrètes auxquelles participer sur votre site du style de la grève de la consommation du 13 novembre 2010. J’ai trouvé cette idée excellente! Mais je pense que votre mouvement n’est pas assez connu, il manque peut être un peu de publicité, il faut nous faire entendre, crier, bouger! C’est comme ça que le peuple nous entendra! Si nous continuons à nous comporter comme de gentils opposants, nos idées n’auront pas beaucoup de poids et seront vite noyées par ceux contre qui nous nous battons! J’espère que vos adhérents ainsi que vous même ne perdrez pas votre motivation à agir pour un monde meilleur! Ensemble nous pouvons changer les choses de manière concrète! Et c’est d’abord avec de petites victoires que tout se mettra en place!

    Bon courage à vous tous qui avez eu le cran d’ouvrir les yeux, de regarder la réalité en face et d’agir!

    Bien a vous

    Bouita Leila

 Leave a Reply

(requis)

(requis)

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>