Mar 032011
 

Devant l’absence de planification écologique institutionnelle, l’association Virage Energie-Climat Pays de la Loire (VEC-PdL) s’est fixée comme objectif en octobre 2009 de planifier la descente énergétique et la réduction des émissions de gaz à effet de serre de la région Pays de la Loire.

Suivant les recommandations du Groupement Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat (GIEC), nous prévoyons, pour assurer notre futur climatique, de réduire de 40% nos émissions de gaz à effet de serre (GES) en 2020 et de 90% en 2050. Nous affirmons de plus que, pour assurer un avenir vivable à nos enfants, cette transition vers une région décarbonée, sobre et autonome en énergie ne peut se faire que dans un souci de justice sociale.

Une fois le scénario établi, nous le diffuserons largement, afin de démontrer que la transition vers une région décarbonée et autonome énergétiquement est non seulement possible, mais surtout souhaitable. Possible en combinant les principes du scénario de descente énergétique négaWatt (sobriété, efficacité, énergies renouvelables) et du scénario pour une agriculture agro-écologique  Ecoterre (maintien de l’emploi agricole, autonomie alimentaire, biodiversité, restauration et protection de la fertilité naturelle des sols). Souhaitable, car notre scénario est un scénario de non-regret, qui tend à démontrer que si la relocalisation des activités est la seule issue possible, elle façonnera une société plus durable et heureuse que celle dans laquelle nous vivons.

Nous nous adressons à la fois aux hommes politiques, pour les convaincre d’engager notre région dans la nécessaire transition vers la sobriété énergétique et la neutralité climatique, et aux citoyens, afin de discuter et valider avec eux les options et implications de notre scénario.

2010 a été la première année de véritable fonctionnement de VEC-PdL, avec un bilan largement positif :

  •  l’association compte une trentaine de membres, plus ou moins impliqués dans la réalisation de notre scénario climat-énergie ;
  •  nous sommes en train de constituer un réseau de personnes ressources extérieures à l’association qui peuvent apporter une expertise ponctuelle ;
  • un noyau dur d’une dizaine de personnes s’est constitué au sein des adhérents, qui oeuvre avec détermination, à la fois à la réalisation du scénario, et d’autre part au bon fonctionnement de l’association. Ce noyau dur a été élu démocratiquement au conseil d’administration de l’association en juin ;
  • du point de vue du scénario, nous avons publié un rapport d’avancement (1)http://virage-energie-climat-pdl.apinc.org/spip/spip.php?article9 sur les thématiques énergie renouvelable, habitat et agriculture, avec quelques réflexions sur les transports. Ce rapport a fondé la légitimité et l’apport de l’expertise citoyenne de notre association, à l’heure où les initiatives similaires des pouvoirs publics n’en sont qu’à leurs balbutiements.
  • Du point de vue de la recherche de ressources financières pour l’association, de nombreux contacts ont été pris, parfois prometteurs, mais aucun financement n’a encore été trouvé. L’association a jusque là fonctionné grâce aux adhésions et dons.
  • Le travail de VEC-PdL est également de plus en plus reconnu grâce aux nombreuses interventions publiques que nous avons réalisées.
  • Les contacts pris avec les autres scénarii climat-énergie citoyens et les autres réseaux militant pour un futur énergétique et climatique (Réseau Action Climat, Comité de Liaison des Energies Renouvelables…), ont débouché sur un rapprochement des trois initiatives de scénario énergie-climat citoyens existant dans les régions du Nord Pas de Calais, Ile de France et Pays de la Loire. Les trois “initiatives virages” existantes ont ainsi décidé de parler d’une même voix, afin de suscitter de nouvelles vocations dans d’autres régions, et de peser au niveau national dans le débat public. .

Forts de ces avancées, nous abordons l’année avec l’objectif de produire une première version de notre scénario fin 2011.

Nous nous réjouissons également de l’apparition d’initiatives de “villes en transition” à Saint Nazaire et Nantes. Ces groupes de citoyens de tous horizons ont décidé de commencer à préparer leur ville à résister au choc pétrolier et aux conséquences du dérèglement climatique de façon très concrète et en impliquant le public le plus large possible. Le scénario VEC-PdL s’intégre naturellement dans cette démarche, qui comporte un « plan de descente énergétique » très similaire à notre scénario, et permettrait de diffuser largement. l’expertise citoyenne de VEC-PdL auprès d’un public plus large.

Et si l’aventure VEC-PdL vous intéresse, n’hésitez pas à nous rejoindre!

Contacts Virage Energie-Climat Pays de la Loire

Courriel : virage.energie.climat.pdl@apinc.org

Site internet : http://virage-energie-climat-pdl.apinc.org/

Notes et références   [ + ]

  2 commentaires à “Virage Energie-Climat : quelles énergies et quel impact climatique pour les Pays de la Loire?”

  1. Suivant le scénario Virage-Energie, et le scenario négawatt, il n’est pas envisagé, semble-t-il de sortir du nucléaire avant 2050 car la priorité du scénario est donnée aux réductions des émissions de GES région par région. Il s’agit de miser sur l’efficacité, la sobriété énergétique et sur des alternatives à la production d’électricité par 100 % d’énergies renouvelables. Si le travail de simulation est très intéressant, hélas, je ne vois pas comment il intègre la globalité du problème des émissions de GES. Des pays comme la Chine, au nom de la croissance, ne vont certainement pas se priver d’avoir recours très largement aux centrales thermiques à charbon pendant encore très longtemps, ni le monde agricole de pourrir la terre d’intrants à base de pétrole.
    Le cas particulier de la France sur le nucléaire et les risques terribles que l’on fait encourir aux populations françaises, mérite sans doute mieux qu’une sortie en 40 ans et d’être définitivement déconnecté de la question des émissions de GES.

    • Bonjour,
      pour ce qui concerne le scénario Virage-énergie Nord-Pas de Calais, celui-ci table sur une sortie en 20 ans et non 40 ans comme indiqué par Isabelle. Si le plan virage-énergie avait été mis en œuvre dès sa publication (2008), nous serions déjà à la fermeture des deux premiers réacteurs (parmi les 6 que compte la centrale de Gravelines), et la fermeture du dernier serait prévu pour 2030. Tout ceci pouvant aller bien évidement beaucoup plus vite si notre société décidait collectivement de réduire drastiquement ses besoins tant énergétiques que matériels et de services eux-mêmes générateurs de flux. Mais la voie de la sobriété rend nécessaires d’autres modes de société qu’il s’agit de construire…

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)