Avr 112017
 

Voici une enquête de Marius Blouin consacrée à l’examen d’une expression aussi courante que lourde de significations rarement considérées et approfondies :
Ce que signifie « avoir les moyens » (au-delà du capitalisme – et pire encore) à lire ici : http://www.piecesetmaindoeuvre.com/spip.php?page=resume&id_article=925
ou en version imprimée si vous commandez notre Pièce détachée n° 81 (voir ci-dessous).

A partir d’un cours de Benny Lévy dédié aux moyens de la puissance chez les Grecs et surtout chez Socrate (L’Alcibiade, introduction à la lecture de Platon), cette enquête remonte aux antécédences hébraïques et mésopotamiennes de la volonté de puissance (de toute-puissance et d’immortalité), avant de redévaler jusqu’à nos jours, chez les transhumanistes californiens, en suivant les mutations des moyens de la puissance. Du mythe et de la religion jusqu’aux sciences et technologies. Du culte divin au culte du Progrès.
Particulièrement éclairante, l’équivalence que font les Grecs entre les moyens et les machines désignés d’un même mot – mêkhanê– sert ici de fil conducteur.
Des livres et des auteurs sont cités comme témoins : Aristote, Norman Spinrad, André Gorz, Eric Drexler, Aldous Huxley (La Genèse, L’Epopée de Gilgamesh, La Politique, Jack Barron et l’Eternité, Engins de création, Le Meilleur des Mondes, Adieux au Prolétariat…)

Cette enquête nous oblige à contredire l’idée reçue suivant laquelle les systèmes capitalistes et techniciens seraient des systèmes automates – autonomes, des moyens sans maîtres uniquement voués à leurs propres reproductions et accroissements ; et à dire, au contraire qu’ils sont des moyens au service de leurs maîtres, en vue d’un but – la toute-puissance et ses attributs – l’automachination en vue de l’auto-déification.

Elle nous oblige également à nier que le capitalisme et ses avatars (le libéralisme, l’ultra-libéralisme, etc.) soit les Souverains Maux et Causes de tous les autres (pas plus que le poumon, d’ailleurs, voyez Le Malade imaginaire). Certes, il se pourrait « qu’un autre monde soit possible » et qu’une « sortie du capitalisme » soit en cours, comme le prêchent les ravis du numérique, de l’automation et de « l’intelligence artificielle » en transe, mais loin d’aboutir au « communisme » phantasmé, ce « dépassement » halluciné depuis deux siècles pourrait nous précipiter sous régime mécanocratique. C’est-à-dire que la recherche de rendement financier en tant que moteur de l’accaparement pourrait disparaître au profit de celle des moyens directs de la puissance tels que les poursuivent les transhumanistes ; technologies convergentes (NBIC) et engins de création. Si un autre monde est possible, il pourrait être pire que celui que nous connaissons. Barbarie ou barbarie.

Après cela, on n’ose à peine dire que pour nous qui refusons les machines et les moyens de la puissance, s’esquisse enfin une issue de secours.

Marius Blouin enquête depuis 2010 sur l’avènement et les métamorphoses de la technocratie. A lire sur Pièces et Main d’œuvre : Ludd contre Marx ; Ludd contre Lénine (le communisme des technocrates) ; Ludd contre les Américains (Bellamy, Smyth,Veblen, Ford & Scott)

Merci de faire circuler,
Pièces et Main d’œuvre

************

Pour commander la Pièce détachée 81 :
Envoyez vos coordonnées et un chèque de 5 euros (port compris) à l’ordre de :
Service compris
BP 27
38172 Seyssinet-Pariset cedex

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)