Fév 282010
 

Axe 1 : Gérer des besoins et des usages

Désolée de ne pouvoir participer à ces réunions concernant l’urbanisme, toutefois étant architecte et ayant participé à la réalisation de quelques plans d’urbanisme, je vous fait part de quelques réflexions.

 

Concernant l’urbanisation abusive :

 

– Comme les services de l’état se désengagent de plus en plus, les conseils aux mairies sont déficitaires, ils ont moins d’appui de la « DDE » pour équilibrer leurs plans.

à Avoir un regard extérieur impartial plus important ( au sein de commissions d’urbanisme extérieures), le seul commissaire enquêteur ne peut gérer les abus.

 

– Au sein des Conseils Municipaux, la plupart des élus tirent la couverture à eux ou aident des amis, pour acquérir des terrains constructibles.

à Il serait judicieux de taxer les droits à l’urbanisme de manière importante pour limiter les velléités d’élargissement de ces zones.

 

– Les nouvelles zones urbaines demandent d’importants investissements en voiries et réseaux de la part des communes.

à Il y a des solutions pour faire participer les aménageurs ( PVR, PUP) mais les études de réalisations sont importantes et les communes doivent un financement important à leur extension.

 

– L’urbanisation gagne des zones agricoles de grande valeur.

à la « DDA » a lancé l’obligation d’établir un diagnostic agricole et des plans de protection des espaces agricoles et naturels.

 

– Les règlements d’urbanisme sur la base actuelle ne répondent pas aux contraintes de développement durable.

à revoir la conception globale de ses règlements notamment concernant les articles des emprises aux sols, des implantations, des Cos.

 

Concernant le gaspillage de l’eau :

 

– Les multinationales gagnent des parts de marchés importantes dans le domaine de la gestion de l’eau.

à revenir à une gestion locale c’est se prémunir contre les prédateurs.

 

– La récupération des eaux pluviales n’est pas valorisée, ce n’est pas la volonté communale car elle gère l’assainissement par l’eau potable consommée.

à elle devrait être obligatoire au niveau des permis de construire, l’assainissement pourrait être réglé de manière forfaitaire par habitant.

 

– Le gaspillage d’eau et notamment par la réalisation de piscine peut être réduit.

à par la réalisation de tarifs progressifs, de + en + cher en fonction des volumes utilisés.

 

Il y a bien sûr d’autres pistes de réflexions pour limiter l’urbanisation à outrance, peut être aussi promulguer des modèles étrangers pour sortir du modèle pavillonnaire destructeur.

 

En espérant pouvoir aider aux réflexions de votre réunion, cordialement

Vigneron Anne, architecte.

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)